FCL Web
Menu

Fabien Lemoine : « On ne doit pas calculer »

20 Mai. | Equipe pro

02-6044_A9105343_1_4859x3237

Le match

1200px-Racing_Club_de_Strasbourg_Alsace_(RC_Strasbourg_-_RCS_-_RCSA)_logo_officiel.svg RC Strasbourg 1 - 1 FC Lorient FC Lorient

Fabien, quel retour fais-tu après cette victoire face à Metz ?
C’était un match très important, au vu des résultats des autres aussi. On s’aperçoit que la victoire était primordiale pour continuer à espérer, pour continuer à se battre et avoir notre destin entre nos mains et ne pas dépendre des autres. C’est ce que l’on va retenir de cette victoire à l’arrachée, mais hyper importante. 

C’était une victoire compliquée. Vous êtes allés la chercher…
On fait une bonne première période. En seconde, on était trop bas, on avait du mal à sortir les ballons. C’étaient des vagues qui revenaient en permanence. Et c’est toujours le problème quand tu mènes 1-0, tu es sous la menace que tes adversaires reviennent au score. On était aussi au courant des résultats des autres, on savait qu’il fallait absolument gagner. Et à 1-0 on était trop en protection. Finalement, on a fait le travail. On a pris trois points, c’est ce qui compte. On continue notre marche en avant. Maintenant, il faut la valider et la confirmer à l’extérieur à Strasbourg.

C’est Jérôme Hergault qui délivre l’équipe, un scénario fou ?
Bien sûr, il n’a pas forcément l’habitude d’être dans une situation face au but. Et il finit super bien pour nous donner la victoire. Je pense que c’est la force de ce groupe, chacun donne le maximum de ce qu’il a. C’est aussi pour ça qu’on a réussi à faire cette deuxième partie de saison, tout le monde s’est mis au service du collectif. Et Jéjé (Jérôme), c’est la preuve que le travail et la détermination payent toujours. Il a très peu joué en première partie de saison, et il fait une seconde de folie. C’est largement mérité pour lui.

J’imagine qu’il a eu le droit à quelques chambrages en après-match ?
On l’a chambré gentiment. Parce que c’est vrai que ce n’est pas celui qui a l’habitude de se retrouver face au but. Humainement, c’est un mec en or. Tout le vestiaire est ravi pour lui. Il nous a enlevé une belle épine du pied.

On va en venir au match de dimanche… Comment préparez-vous un match aussi capital?
Normalement. On ne va pas changer nos habitudes. On va se préparer, bien travailler. Et aller là-bas avec en tête qu’il nous faut absolument des points pour nous maintenir. La défaite est interdite. Il faut jouer ce match à fond, ne pas avoir de regrets.

Un match particulier où vous allez jouer votre maintien, mais Strasbourg aussi…
C’est clair, pour eux comme pour nous. Après, eux ne sont pas obligés de gagner, un nul peut leur suffire. Nous, par rapport au classement, une victoire nous assure notre maintien. Si on prend le ratio, ils ont 66% de chance de se maintenir et nous 33%. Pendant 95 minutes, il va falloir montrer un beau visage du FC Lorient.

Toi qui as énormément d’expérience en Ligue 1, tu connais ce genre de rencontre à tensions ?
Je connais ces matchs à enjeux, mais pas pour les mêmes raisons. J’ai plus eu l’habitude de jouer les places européennes. Mais oui c’est une finale à l’extérieur. C’est souvent des matchs hyper serrés. On connait les ingrédients qu’il va falloir mettre. Mais collectivement on se doit d’être bon, pour jouer notre dernier match de la saison.

On vit une saison folle en Ligue 1, en haut comme en bas du classement. Quelle est ta vision de notre championnat ? On sait qu’il est régulièrement critiqué…
En termes de suspens, c’est vrai que c’est super intéressant. Pour moi, c’est un championnat qui est de plus en plus relevé. C’est une saison très particulière avec énormément de concurrence pour le titre, pour la ligue des champions et pour le maintien.

Beaucoup d’équipes peuvent être barragistes, la lutte va être rude…Es-tu plutôt du genre à vouloir être au courant des résultats sur les autres pelouses ou rester focalisé sur ton match ?
Pendant le match c’est impossible, à la mi-temps peut-être… Mais ça ne change rien, on est dans l’obligation de démarrer pied au plancher. Et on n’est jamais à l’abri d’une surprise en fin de match sur l’une des autres pelouses, donc on ne doit pas calculer.

On parle d'eux