FCL Web
Menu

Franklin Wadja : « Aujourd’hui, je réalise un rêve ! »

10 Oct. | Equipe pro

Wadja Franklin (FC Lorient)

Retrouvez en deux parties, une interview de Franklin Wadja, le milieu de terrain camerounais des Merlus. Arrivé cet été, Franklin revient sur  ses premiers pas au FCL et sur son début de saison.

Quelle analyse fais-tu de la défaite au Havre ?
C’est une très grande déception car on a fait une très bonne première demi-heure. On a baissé le pied par la suite et on a un peu reculé. On encaisse deux buts dans ce moment faible. Le troisième arrive lors de la seconde période et nous met un coup au moral. On a eu l’envie de revenir pour prendre au moins un point. On ne l’a pas fait, la déception était logique au coup de sifflet final.

Où avez-vous failli durant ce match ?
Sur le plan défensif déjà. En encaissant trois buts, c’est difficile d’imaginer de rentrer avec la victoire ou au moins le point du nul. S’il faut marquer quatre buts pour remporter les matches, la tâche ne sera pas simple. On doit progresser dans ce domaine. Offensivement, on sait que l’on peut faire la différence à tout moment car nous avons des joueurs de talent.

« Je ne m’y attendais pas »

Comment perçois-tu ton début de saison ?
C’est très positif parce que sur les dix premiers matches de championnat, j’ai connu six titularisations et quatre entrées en jeu. De mon côté, c’est très satisfaisant. Je vis chaque moment comme si c’était le dernier. Je fais le maximum au quotidien pour être performant. J’espère que ça va durer.

Était-ce inespéré pour toi ?
Inespéré, non car c’était mon objectif. Je ne peux pas dire que ça m’ait surpris mais je ne m’y attendais pas. Je devais commencer avec la réserve. Je devais faire mes preuves pour éventuellement intégrer le groupe professionnel. Le coach a décidé d’intégrer trois jeunes durant la préparation dont moi. On a fait nos preuves et nous sommes là aujourd’hui.

Est-ce le premier objectif atteint de ta jeune carrière ?
Oui, parce qu’en venant en France il y a quatre ans, mon but était d’intégrer un effectif professionnel au bout de deux saisons. Cela ne s’est pas réalisé au début. Aujourd’hui, je réalise un rêve.

La seconde partie sera à retrouver ce week-end avant la réception de Niort.

On parle d'eux