FCL Web
Menu

Houboulang Mendes : « Je dois me relever »

22 Mar. | Infos Club

Mendes

Victime d’une lésion du ligament croisé antérieur du genou droit face à l’AC Ajaccio au stade du Moustoir le vendredi 1er février, Houboulang Mendes a débuté sa rééducation à Capbreton il y a un peu plus d’une semaine. Il revient sur cet événement malheureux et sur ses derniers jours passés dans les Landes.

Houboulang, comment te sens-tu ?
Aujourd’hui, tout va bien, je me sens très bien. Je suis à Capbreton depuis plus d’une semaine. Je suis toujours en béquilles mais je ne ressens quasiment plus de douleur.

L’évolution de ta blessure est donc plutôt bonne…
Oui, exactement. Je suis sur la bonne voie et je sens que je m’améliore de jour en jour.

Quel sentiment a prédominé quand tu as quitté la pelouse du Moustoir le 1er février dernier ?
Dès que je suis tombé, j’ai ressenti la même douleur que lors de ma première blessure au genou. Après, j’ai croisé les doigts pour le verdict soit tout autre. Malheureusement, l’IRM a confirmé cette blessure et j’étais forcément triste de cette nouvelle sur le coup. Pendant une semaine, ce fut assez dur moralement mais ce sont les risques du métier.

Tu t’es fait opérer sur Paris. Quel a été ton programme à l’issue de cette opération ?
Je me suis fait opérer le 12 février et par la suite, je suis resté chez moi, en région parisienne auprès de ma famille. J’avais des séances de kiné tous les jours et le chirurgien m’avait dit de ne pas poser le pied au sol pendant un mois.

« Certaines personnes sont dans des situations plus délicates que la mienne »

Qu’est-ce que ta famille t’a apporté durant cette période ?
Moralement, leur présence m’a fait énormément de bien. Mes amis sont venus aussi me voir régulièrement. Cela me permettait d’oublier la blessure et de ne pas trop y penser. J’ai pu sortir du cadre sportif et médical et cela m’a fait le plus grand bien.

Tu es à Capbreton depuis un peu plus d’une semaine. Quel est ton planning sur place ?
J’ai un programme bien précis à respecter. Heure par heure, j’ai des exercices à effectuer. Je débute à 8h30 par des exercices de renforcement des bras. Ensuite, je passe avec le kiné pour des séances de mobilité et de renforcement. L’après-midi, je fais de la balnéo et j’enchaîne par des exercices de kiné et des massages. La journée se termine par de la musculation du haut du corps.

Es-tu au contact d’autres sportifs ?
Oui, dans le centre il y a tout type de sportif, de tout sport. On suit tous le même type de programme, de travail. Que l’on soit fille ou garçon.

Il y a certainement des cas un peu plus graves que toi. Cela te permet-il de relativiser ?
Oui, bien évidemment. Certaines personnes sont dans des situations plus délicates que la mienne. Finalement, mon cas n’est pas si grave et je ne peux que m’en relever. D’autres personnes luttent contre des pathologies plus graves et mon cas n’est rien à côté du leur.

As-tu prévu un retour à Lorient prochainement ?
Oui, normalement je dois rentrer sur Lorient vers le 7 avril pour poursuivre ma rééducation.

Nous souhaitons bon courage à Houboulang pour la suite de sa rééducation.

On parle d'eux