FCL Web
Menu
La première division !

La première division !

Les dates clefs

1994-1995

Nous sommes le 18 juillet 1995 : cette date est essentielle dans l’histoire du foot lorientais. C’est ce jour-là que les Merlus retrouvent le statut professionnel. Après une remontée calamiteuse vers la Division 2, les dirigeants de l’association FC 56 Lorient décident de mettre en place une structure juridique indépendante avec conseil de surveillance et directoire. Sportivement, les Merlus terminent en milieu de tableau. Le maintien en D2 est assuré.

1997-1998

On est en D1, on est en D1, on est, on est, on est en D1! Nous sommes le 18 avril, Lorient est en ébullition. Partout en ville, c’est la joie, les larmes, les cris de bonheur, le ballet de drapeaux, les concerts de klaxons. Au Moustoir, l’enthousiasme est à son comble. Un raz-de-marée de fierté inonde les tribunes, les vestiaires et les loges officielles.

Les Merlus ne sont qu’à quatre journées de la fin du championnat de Division 2, mais la victoire qu’ils viennent de décrocher contre Wasquehal, 1 à 0, sur un but d’Ali Bouafia, le vétéran de l’équipe, les propulse en Première Division.

7 aout 1998

C’est le deuxième grand frisson de l’été 98. Après la victoire des Bleus en Coupe du Monde, Lorient accueille au Moustoir, le vendredi 7 août, l’AS Monaco pour la première rencontre des Merlus en Division 1. Un moment historique! Une ouverture princière, titre Ouest-France.

Dans les tribunes, les personnalités sont là, le maire de Lorient Norbert Métairie, le député Jean-Yves Le Drian, le président de la Ligue de Football Professionnel Noël Le Graët, et Canal Plus pour la télé. Sur la pelouse, les stars aussi sont présentes : en 1998, Thierry Henry, David Trézéguet et Fabien Barthez, nouveaux champions du monde, jouent sur le Rocher.

Lorient ouvre le score à la 23e minute grâce à Ali Bouafia. L’ambiance est survoltée. Le doute s’installe alors chez les Monégasques. Mais pas longtemps. Les Rouge et Blanc s’imposent au final 2 à 1. Cruel!

1999

Au printemps 1999, les joueurs luttent pour leur maintien dans l’élite. Pas facile quand on n’a pas les mêmes moyens que les grosses écuries reluisantes.

À la pêche aux points, les Merlus sont en déplacement à Toulouse ce 30 avril. Pour le plus grand bonheur des supporters, ils réalisent un excellent coup chez un adversaire direct pour le maintien. Les Lorientais sont d’abord menés 1 à 0. Mais emmenés par un Bouafia en pleine forme, les Bretons font rapidement mordre la pelouse à des sudistes incapables de tenir le rythme. Quatre buts sont marqués en seconde période. Une partie de rêve. Malheureusement, cette performance ne sert à rien. Sur le papier, il manque un but au goal average, un tout petit but, pour se maintenir en Division 1.

2000-2001

Jean-Claude Darcheville et ses camarades font une excellente entame de saison. Rappelons que le club est en D2.  Le 20 septembre, Lorient s’affiche en quatrième position. L’objectif du début de saison était le maintien. L’équipe termine deuxième au classement de D2. Les Merlus parviennent à remonter en L1 ! Cette saison est aussi marquée par l’arrivée de l’actionnaire principal, Alain Le Roch, qui assure un avenir structurant au club.

Les joueurs emblématiques

Ali Bouafia

Le milieu de terrain alors âgé de 33 ans, sans club, intègre au cours de la saison l’effectif lorientais. Le 18 avril 1998, Ali Bouafia ouvre le score face à Wasquehal. Le stade du Moustoir est en liesse. Le but du numéro 26 lorientais permet au FC Lorient d’accéder à la Première Division, pour la première fois de son histoire. Le milieu offensif, international algérien, aura disputé 60 matches pour 23 buts avec le FCL.

 

Sylvain Ripoll

Né à Rennes, Sylvain Ripoll a successivement évolué, au poste d’arrière latéral et de milieu défensif, au Stade Rennais (de 1990 à 1994) puis au Mans (saison 1994-1995), avant de signer au FC Lorient, avec lequel il a disputé plus de 200 matches, participant notamment aux deux montées en L1 (1998 et 2001). Une grave blessure aux ligaments le prive malheureusement de l’épopée de 2002 (victoire en Coupe de France et finale de la Coupe de la Ligue) et l’oblige à mettre un terme à sa carrière de joueur l’année suivante. Il devient alors l’adjoint de Christian Gourcuff, poste qu’il occupera pendant onze saisons (trois en Ligue 2 puis huit en Ligue 1) et plus de 400 matches avant de prendre les rênes de l’équipe Première en juin 2014.

Les matches de légende

FC Lorient – AS Monaco (1-2)

Championnat L1 – 7 août 1998

Stade du Moustoir . Spectateurs : 13 984 . Arbitre : M. Poulat

En Bref

Match historique au Moustoir pour les premiers pas du FCL en Première Division dans un stade plein comme un œuf et qui par la même occasion inaugure sa nouvelle tribune présidentielle érigée durant l’intersaison. Dans l’élan de la victoire française en Coupe du Monde, l’impatience est réelle pour les supporters lorientais qui découvrent enfin le haut niveau et accueillent comme il se doit les nouveaux champions du monde, Barthez et Henry. Pour couronner le tout, le match est télévisé sur les antennes de Canal +. Malheureusement, malgré un bon match et une ouverture du score méritée dans une grosse ambiance, les Merlus un peu trop timides malgré un jeu collectif de qualité vont subir l’expérience et le réalisme des Monégasques au talent individuel supérieur. Le but du monégasque Ludovic Giuly à la 90e minute est cruel pour des Morbihannais qui méritaient largement le match nul.

Les équipes

FC Lorient : Hugues, Triki, Dugbatey, Montero, Fischer, Camadini, Pedron (remplacé par Otacilio Emerson, 75’), Ripoll, Cloarec, Bouafia, Bedrossian (remplacé par Druon, 78’).

AS Monaco : Barthez, Dumas, Martin, Léonard, Djetou (remplacé par Konjic, 62’), Gava, Lamouchi (remplacé par Christanval, 67’), Costinha, Giuly, Henry, Ikpeba (remplacé par Špehar, 77’).

Les buts

FC Lorient : Bouafia (23’)

AS Monaco : Gava (47’) Giuly (90’)