FCL Web
Menu

Mickaël Landreau : « On a une force de frappe »

8 Mar. | Equipe pro

ml

Le match

Chamois Niortais Niort 1 - 2 FC Lorient FC Lorient

Mickaël Landreau, l’entraîneur du FC Lorient, s’est exprimé ce matin devant les médias avant la rencontre de demain soir face aux Chamois Niortais (29ème journée de Domino’s Ligue 2).

La semaine dernière, vous souhaitiez entamer une série après la victoire face à Nancy. C’est chose faite. Comment s’est passée cette semaine ?
C’est toujours plus facile de travailler après une victoire. Malgré tout, c’est aussi dans les moments plus difficiles que demain se construit. Dans notre situation, je le vis vraiment comme des semaines de travail. Oui, on a gagné mais ce n’est pas une fin en soi. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. On continue à travailler, à récupérer, parce que face au Havre il y a eu une grosse débauche d’énergie, pour pouvoir se mettre dans les meilleures conditions pour le match de demain.

Avec un milieu à trois joueurs, avez-vous le sentiment d’avoir une emprise sur l’adversaire ?
En tout cas, aujourd’hui, c’est un équilibre qui nous permet d’être costauds. Notamment sur les deux derniers matches. Le fait d’avoir une pointe basse permet peut-être aussi à notre défense d’être plus protégée. Ce sont des choix de pouvoir jouer comme cela. Après, c’est toujours en fonction de tes joueurs, de leur complémentarité. C’est ce qui m’importe et je recherche toujours ça.

« Être complémentaires et costauds »

Il y a une série de matches qui s’annonce face à des équipes de deuxième partie de tableau. Chose jamais évidente à gérer. Quels ressorts psychologiques utilisez-vous face à elles ?
Si le championnat est aussi homogène, à part Reims, c’est qu’il n’y a pas de période où on peut se relâcher. C’est un championnat complexe. On joue un adversaire face à qui il faudra mettre tous les ingrédients pour s’imposer. Niort vient de changer d’entraîneur et il y a souvent un sursaut après un changement. Je me souviens du match aller également. C’est une des rares rencontres où nous n’avons pas marqué. C’était très compliqué. Il faudra être prêt.

Etes-vous superstitieux ? Le dernier match dans lequel vous n’avez pas marqué était celui du match aller…
Non, je ne le suis pas. 0-0 c’est toujours mieux que de perdre 4-3 mais je préfère gagner…4-3. Je pense que c’est important de savoir que l’on a marqué sur les dix-sept derniers matches. Après, il y aura peut-être un match où on ne marquera pas. On a une force de frappe, une diversité au niveau du jeu d’attaque, sur les coups de pied arrêtés. On sait que l’on a ces capacités. Le plus important pour nous est d’être dans la réflexion, d’être complémentaires et costauds. Il faut perdurer la dedans.

Actuellement, vous réalisez de très bonnes entames de match…sans réussir à les tuer par la suite…
J’ai préféré finir ce match à 1-0 face au Havre. Parce que, pour la suite, cela nous a prouvé que nous savions être costauds et que l’on pouvait tenir un résultat, surtout à domicile. J’aimerais qu’on les tue nos matches parce qu’on a l’opportunité de le faire. Ça fait partie d’une saison, de la fraîcheur physique à un moment donné…Aujourd’hui, on doit enchaîner.