FCL Web
Menu

Nathan et sa modélisation du stade du Moustoir

14 Jan. | Infos Club

ErZcCPFXYAU3mWj

Nathan Le Floc’h, 19 ans, originaire de Moustoir-Ac et en BTS à Vannes, est l’auteur de la visualisation du stade du Moustoir sur le jeu Minecraft. Il nous a expliqué, en quelques lignes, sa passion pour ce jeu, pour le FC Lorient et l’origine de son idée.

Nathan, peux-tu nous décrire brièvement le jeu Minecraft ?
C’est un jeu dans lequel on peut construire ce que l’on veut avec des cubes. Il y a différents modes de jeu. Pour ma part, j’ai choisi le mode « créatif ». On peut vraiment y faire ce que l’on veut, il n’y a aucune barrière. Du coup, j’ai eu l’idée de faire le stade du Moustoir.

Comment t’est venue cette idée justement ?
J’ai débuté ce projet lors du premier confinement. Je n’avais rien à faire de particulier, je me suis lancé sur ce jeu et je me suis dit « pourquoi ne pas faire le stade du Moustoir ». Je suis supporter du FC Lorient. J’ai fini le gros des travaux à la fin août, juste avant la rentrée. Quand j’ai posté ma photo dimanche soir sur les réseaux sociaux, j’étais en train de peaufiner le lettrage sur les sièges des tribunes. J’ai aussi réalisé le lycée Dupuy de Lôme, l’ancien terrain d’entraînement derrière la tribune Jean Floc’h et maintenant je vais essayer de m’atteler aux endroits marquants de la ville de Lorient. Je m’y suis lancé vraiment pour moi, pour mon plaisir.

As-tu eu beaucoup de retours positifs ?
Oui, j’ai publié sur Twitter dimanche soir et rapidement j’ai eu plusieurs commentaires sympas et de nombreux likes. Les gens me disaient que ma production était réaliste. J’en suis fier.

Sur quoi t’es-tu basé pour réaliser le stade du Moustoir ?
Je me suis rendu un peu sur Google Map, je venais aussi régulièrement au stade donc je connais bien les lieux. Je me suis essentiellement basé sur des photos aussi pour réaliser les détails.

Combien de temps cela t’a pris ?
En fait, je jouais en gros cinq fois par semaine. Pour le stade, au cumul, je pense que j’ai mis 48 heures. Pour le reste, une bonne semaine de travail. C’est assez long, le travail était assez fastidieux.

A quelle fréquence venais-tu au stade ?
Je venais une dizaine de fois par saison au stade, avec mon père. J’ai aussi fait des déplacements à Brest et à Angers, ayant de la famille dans ces deux régions.

As-tu de nouveaux projets en tête ?
Je dois peaufiner le stade, l’extérieur de la tribune sud et surtout m’atteler aux lieux marquants de Lorient comme le port de Keroman notamment. J’ai essayé aussi de modéliser les coulisses, les vestiaires, la salle de presse au vue de certaines images.