FCL Web
Menu

Paul Nardi : « Pressés de tous se revoir »

6 Juil. | Entrainement

03-DSC_9407

Paul, comment s’est passé ce retour au club ?
On était tous pressés de se revoir. Il y avait beaucoup de sourires et d’enthousiasme à notre retour à l’Espace FCL. Une fois les retrouvailles passées, on avait hâte de retoucher le ballon, de ressentir le terrain, les vestiaires. En tout cas, ça a fait plaisir de revoir tout le monde et nous avions hâte de nous retrouver réellement après ce titre.

L’état d’esprit était donc positif…
Cette superbe bonne nouvelle a égayé le confinement de tout le monde. Chacun a vécu cette période à sa façon. Certains d’entre nous étaient peut-être seuls dans des appartements donc ce n’était pas évident à vivre. J’avais la chance de ne pas être seul, d’avoir une maison, un jardin…Je ne pouvais pas me plaindre. De ce que j’ai pu voir et entendre, visiblement cette période s’est bien passée pour tout le monde. Même si nous avons été en contact quasi permanent, se voir physiquement fait beaucoup.

Quel a été votre programme sur cette première phase de reprise ?
En tant que gardien de but, je n’ai pas encore mis régulièrement mes gants. Trois, quatre fois je pense. On a travaillé l’aérobie avec des travaux techniques, des circuits de passes mais aussi sur des séances ludiques avec du foot-golf notamment. On a fait une reprise avec beaucoup de ballon. Tout en ayant une recherche aérobie pour remettre la machine en route. On n’avait pas mis les pieds sur un terrain depuis plus de trois mois. Le staff et Pierre Bazin ont très bien fait les choses, dans le bon ordre. C’était une reprise très adaptée où on a remis le corps en marche sous forme technique et ludique. C’était nécessaire pour qu’il n’y ait pas de blessures et que l’on puisse réattaquer la semaine prochaine sur une préparation plus classique. On va « taper » un peu plus dans le dur et commencer les matches de préparation.

Est-ce que le fait de ne pas avoir pratiqué pendant trois mois a engendré une perte d’automatismes sur des gestes basiques ?
Il n’y avait pas d’appréhension particulière. Au début, ce ne sera pas parfait, c’est sûr. On va devoir retrouver nos sensations et des automatismes. En tant que gardien, je vais aussi devoir retrouver mes repères, mes 5m50…On va prendre tout ça avec confiance. Avec Olivier et Teddy, on a remis un petit peu les gants et les premières sensations étaient bonnes. C’est agréable. Je n’avais pas enfilé une paire depuis trois mois. Maintenant, on a envie de refaire des matches, de rejouer et connaître ce petit stress et cette adrénaline qu’on n’a plus trop. C’est l’essence de notre métier. J’espère aussi que l’on pourra revoir bientôt nos supporters quand les conditions sanitaires le permettront. Ce serait le signe d’un retour à la normale.

Comment gères-tu cette préparation scindée en deux ?
On coupe une semaine. Ça me permet de faire le vide psychologiquement même si on a été en vacances il y a encore quelques semaines après le confinement. Je prends cette semaine pour moi, pour ma copine mais je n’oublie pas les deux semaines déjà effectuées. On va suivre un programme pour revenir en forme et ne pas perdre le travail déjà fourni. Certes, c’est une semaine de coupure mais pas de tout repos non plus.

On parle d'eux