FCL Web
Menu

Peter Ouaneh : « Pas un match facile pour les Merlus »

5 Mar. | Infos Club

01-DSC_4396

Le match

1200px-Logo_Puy_Foot_43_Auvergne_2017.svg Le Puy Foot Auvergne 1 - 0 FC Lorient FC Lorient

Prêté au Puy Foot Auvergne la saison passée, Peter Ouaneh, formé au club et aujourd’hui à l’US Concarneau, a évoqué pour nous la formation auvergnate ainsi que sa saison chez les Thoniers.

Peter, comment vas-tu ?
Tout va très bien. J’ai été très bien accueilli à Concarneau en début de saison après mon départ de Lorient. J’ai été mis à l’aise tout de suite.

Comment se passe cette saison chez les Thoniers (20 matches, 4 buts) ?
Le championnat de National est un championnat très serré. Tout peut aller très vite dans cette division. C’est pour cela qu’il faut essayer de faire les meilleurs résultats possibles pour avancer.

Quels sont les objectifs de Concarneau cette saison ?
L’objectif est de se maintenir rapidement pour ensuite avoir l’esprit libre et ainsi exprimer notre jeu. On veut atteindre les 40 points. Les 30 points ne suffiront pas pour se maintenir.

Tu es donc content de ce choix…
Oui, bien sûr. Tout se passe bien, le coach me fait confiance, je joue. C’est tout ce que peut demander un joueur. C’est le challenge que je recherchais.

Les Merlus affrontent le Puy Foot 43, ton ancienne équipe, samedi en coupe. Peux-tu nous dire comment s’était déroulée cette saison ?
Je suis arrivé assez tardivement dans la saison, vers la 12ème journée. Le club était dans une situation assez délicate au niveau sportif. L’objectif était de se maintenir mais nous avons échoué de peu. La crise sanitaire nous a coupés dans notre élan puisque nous étions en train de revenir dans la course. En tout cas, j’en garde une très bonne expérience et je m’en sers cette année. J’ai fait un bon passage malgré l’issue.

Que peux-tu nous dire sur les caractéristiques de cette équipe ?
Le premier mot qui me vient à l’esprit est la solidarité surtout en période de crise. On a su être solidaires quand les résultats ne suivaient pas. Le groupe vivait très bien. Le président, le coach, on sentait que c’était familial. Tout le monde était positif dans la difficulté. La solidarité était vraiment l’atout majeur de ce club.

C’est une année que tu ne regrettes pas…
Je l’ai encore quand même en travers de la gorge. On aurait pu se maintenir. J’ai quitté le club sur un goût d’inachevé, sans atteindre l’objectif.

Le Puy est en National 2 aujourd’hui et est 3ème de sa poule. Es-tu surpris de leur saison ?
Non, pas du tout. La Coupe de France est imprégnée dans le club. On l’a vu l’année dernière quand on a fait un beau parcours. Je ne suis pas étonné de les voir en 16èmes de finale et affronter le FC Lorient.

De quoi doit se méfier le FC Lorient ?
Il y a des joueurs talentueux et courageux. Avec de la solidarité et de l’envie, on peut tout faire basculer. Il ne faut pas s’attendre à un match facile pour les Merlus. Le Puy prend au sérieux cette compétition. Elle est importante pour eux.

Vas-tu regarder cette confrontation samedi ?
Oui, je vais regarder ça avec attention. J’ai encore des contacts avec des anciens coéquipiers du Puy. Ça me fait plaisir de les voir jouer contre le FC Lorient, mon club formateur.

Un mot sur le FCL. Que penses-tu de la saison actuelle du club ?
C’est une saison compliquée mais je ne m’inquiète pas plus que ça. Lorient est capable de renverser des clubs, sortir de situations inattendues. Je pense que la saison est loin d’être finie et je ne m’inquiète pas pour le maintien en fin de saison. Je suis optimiste pour eux.

Quel serait ton pronostic pour samedi ?
Ce n’est pas une question gentille. Ce sera un match compliqué mais je vois une victoire lorientaise 2-1 avec un très bon match du Puy.